Chapitre 24 – Qui voulons-nous être?

Publié: février 25, 2015 dans Autobiographie
Tags:, ,

Il m’aura fallu faire tout cet exercice pour comprendre que ce qui importe vraiment n’est pas de savoir qui nous sommes, mais qui voulons-nous être? Tout compte fait, il n’est pas primordial d’établir quel est notre véritable plat national, et tant mieux si nous incorporons les saveurs du monde entier à notre cuisine. Notre peuple est riche de tous ses habitants et s’assaisonne de ce qu’ils peuvent nous apporter. Mais il faut avoir confiance en notre recette de base pour donner le goût à tous d’en conserver les ingrédients principaux. De ne pas dénaturer le meilleur de ce que nous sommes pour en faire une bouillie indigeste plus propre à nous empoisonner l’existence qu’à nous nourrir.

C’est plutôt désolant quand le chef lui-même se désintéresse de sa cuisine au profit du tout cuit, de la malbouffe et de la sempiternelle économie de bouts de chandelles. Qui sait alors ce qui peut mijoter dans les chaudrons abandonnés aux apprentis. J’ose à peine imaginer ce qui est en train de moisir dans le frigo. Tant d’ingrédients gaspillés, de possibilités qui ne se concrétiseront pas faute d’audace.

Nous ne menons pas les bons combats. Il est temps pour nous de dépasser cette quête identitaire propre à l’adolescence pour aboutir aux réalisations et accomplissements de l’âge adulte. Se contenter de copier et imiter les recettes des autres en quémandant l’approbation est plutôt juvénile, alors que nous avons toutes les ressources et la créativité pour déployer nos ailes en toute confiance. C’est un mouvement à initier de l’intérieur. Pourquoi ne pas chercher à inventer nous-mêmes des solutions aux problèmes contemporains sociaux et environnementaux, plutôt que d’attendre qu’elles viennent de l’extérieur, qu’elles aient déjà été approuvées par le reste du monde. Si nous avons réussi notre acclimatation à la nordicité, c’est que nous possédons une force intérieure, une capacité d’adaptation, d’apprentissage, de la débrouillardise et des idées plein la caboche. Commençons donc par être fiers de nous! Soyons fiers de nos réussites, de ce que nous avons bâti de nos mains, de nos artistes, de nos entrepreneurs, de ceux qui cherchent et réfléchissent, de ceux qui font bouger les choses, de ceux qui rêvent d’un monde meilleur. Soyons fiers de nos paysages, de nos terres fertiles, de ce que l’on récolte, de nos innovations. Soyons fiers de notre parlure, de ce que nos mots racontent, car notre histoire est unique, gravée ici sur des troncs de bouleaux, d’épinettes ou d’érables à sucre avec toutes sortes d’instruments apportés dans nos bagages, ou avec les moyens du bord.

lac

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s